Test nouveau gréement

Ce test effectué dans du vent trop fort pour la surface de l’aile m’a quand même permis de voir que d’abord j’ai sous-estimé la puissance de l’aile , j’ ai trop limité le bridage de celle-ci la rendant pas assez rigide et surtout le passage en vent arrière est trop délicat pour envisager de continuer dans cette direction .Surtout que le but principal de ce gréement c’est que je puisse naviguer dans des vents assez forts et en solo .Je vais reprendre l’aile et la brider , fabriquer une aile beaucoup plus petite et je vais reprendre l’idée de Renato et voir si je peux rigidifier un peu plus ce gréement pour pouvoir naviguer dans des vents plus forts .

Nouveau gréement aile voile

Nouveau gréement aile voile
Il était trop difficile de virer de bord avec le gréement précédent. Je pense que la cause venait de l’ impossibilité d’obtenir une incidence très négative de l’aile .Si la fixation de l’aile au niveau du bord d’attaque sur le mat me permettait facilement de choquer et border l’aile en augmentant ou diminuant l’incidence , elle ne me permettait pas de passer à un incidence très négative pour pouvoir envisager des virements de bords .
postion aile

J’ai donc chercher une autre solution pour utiliser cette aile .J’ai contacté Renato Pires son gréement sailkite était très intéressant .

j’ai commencé par modéliser un gréement inspiré du sien et adaptable à mon aile et tés vite je l’ai fabriqué au é ,mais un fois monté sur mon bateau je me suis rendu compte que dans des vents très forts le manque de rigidité de l’ensemble pouvait m’être fatale .
sailkites
j’ai donc décidé de mettre de côté cette idée .Il y a le gréement d’un bateau que j’ai toujours aimé celui de l’Aeroskimer , il a l’air bien rigide et performant .Je vais donc m’inspirer de celui-ci pour utiliser mon aile .J’ ai essayé d’épurer au maximum l’ensemble pour avoir quelque chose de plus léger .la fixation de l’aile sur les deux mats se fait à environ 20% de la corde ce qui me permet de faire basculer l’aile sur l’avant .j’ai intégré plusieurs réglages pour pouvoir optimiser l’ensemble .
Réglage de la « quête » des deux mats (à faire avant la navigation, bien qu’avec des renvois de poulies je pourrai le faire du bateau).
Réglage pour diminuer l’incidence de l’aile, à utiliser pour les virements et empannages.
Réglage de l’inclinaison de l’aile sur les côtés .les deux points de fixation se trouvent sur les deux extrémités de la poutre avant.
Réglage pour border l’aile .là j’ai prévu plusieurs points de fixation des taquets, c’est lors de mes premiers tests que je vais rechercher le meilleur positionnement.
Le gros challenge c’est de pouvoir tout penser avant pour pouvoir naviguer en solo .
023
024
026
028
029

Aile de vitesse

Ce n’est pas parce-que j’ai décidé de faire un break que j’ai mis au repos mes méninges .Ce qui est passionnant en matière d’aile de traction c’est tout ce qui reste à découvrir .j’ai jeté mon dévolu sur les ailes de vitesse .j’ai toujours été surpris de voir que les ailes de speed étaient le plus souvent construites comme nos vulgaires kites .Il y a quelques années au Mondial du vent de Leucate sur la plage j’ai vu cote à cote l’aile de Rob Douglas champion du monde de vitesse en kite et la voile d’Antoine Albeau champion du monde de vitesse en planche à voile .Que de différence !!! Oui face à face on avait un cerf-volant construit avec des tissus basiques et une voile dont le poids n’étant pas le critère le plus important fabriquait avec des matériaux haut de gamme .certes un cerf-volant doit être léger, mais dans des vents supérieurs à 30 nœuds tout vole !!! Alors pourquoi ne pas envisager de faire une aile avec des tissus un peu plus lourd mais garantissant une meilleur rigidité du profil, la vitesse n’aimant pas l’instabilité du profil.

Pour être efficace l’aile doit être la plus rigide possible .mais il ne faut pas oublier que c’est aile évoluera sur l’eau donc si elle tombe il vaudrais mieux qu’elle flotte , le choix d’un bord d’attaque gonflable s’impose un peu , bien que l’on peut un jour imaginer une aile dont la structure complète serait faite avec des joncs carbones .Par contre les lattes gonflables générant un peu de trainée seront remplacées par des joncs carbones épousant parfaitement le profil .Des essais avec de tels joncs sur une aile construite pour le kiteboat m’ont prouvé de la faisabilité de cette idée .Pour le tissu de la peau il me faudra un tissu très rigide , garantissant une bonne tenue du profil .C’est chez Dimension Polyant que j’ai trouvé ce que je voulais un laminé l’ODL avec un très faible allongement ,une remarquable tenue du profil dans le temps , un tissu utilisé pour les voiles de grand-prix .Et Op !au travail ,conception, réalisation et voilà .Il reste à faire de nombreux tests pour régler au mieux le bridage
aile v 1
aile v2
aile v3

Fin d’une belle aventure

Fin d’une belle aventure

Contenu
birdk
kl
J’ai terminé mes petites recherches sur cette aile auto-zénith et auto-stable .c’est sure il serait toujours possible de l’améliorer mais ça me demanderait beaucoup d’investissement personnel et j’ai envie de faire travailler mes neurones pour d’autres projets . Je ne suis pas mécontent du résultat cette aile que j’ai appelé birdkite en fait c’est une secrecretaire de chez kiteboat Project Betsy Pfeiffer qui a été la première à donner ce nom et c’est vrai qu’elle ressemble tellement à un oiseau c’est pourquoi j’ai voulu garder ce nom. Des applications pour cette aile il y a beaucoup pour cette aile comme par exemple l’utiliser lors d’un démâtage ou pour booster un voilier en l’associant à un gréement traditionnel à voile ou alors l’utiliser sur un petit radeau de survie ou tout simplement pour tracter un bateau spécifiquement conçu pour ça un kiteboat ; en cherchant bien il doit y avoir d’autres applications. Cette aventure a commencé il y a plus de 7ans quand j’ai voulu concevoir une aile spécifique pour tracter mon catamaran .j’ai trouvé le moyen de maintenir une de mes ailes en l’air seulement avec une seule ligne pour ensuite la piloter c’était une avancée énorme toutes les ailes du moment dite auto-zénith ou auto -stable n’avaient pas ces caractéristiques qui la rendaient performante lorsqu’on la pilotait pour tracter un bateau et sécurisante lorsqu’elle restait au zénith grâce à un bridage qui permettait de modifier l’incidence donc la puissance de celle-ci .là j’ai commencé à publier mes résultats sur la toile et comme un appât que l’on jette à la mer ,plusieurs personnes me contactèrent . Le plus illustre c’était Don Montague qui m’invita à San Francisco pour monter mes travaux .Quelle satisfaction d’être reconnu par des gens comme lui !!! mais il y eu d’autres personnes Anne Quéméré qui fit la traversée du pacifique avec une de mes ailes malheureusement un problème sur un boudin l’empêcha de l’utiliser .Ah Yves Parlier c’est moi qui l’ai contacté en lui présentant mes travaux et puis Germain Belz qui lui veut faire la traversé de l’atlantique là on a fait un bout de chemin ensemble il s’occupait de faire les tests d’ailes que je dessinais et qu’il fabriquais grâce à son buggy spécialement conçu et son kiteboat .Très compétent en mécanique et sur l’analyse des tests effectués avec cette aile car sans cesse je modifiais des paramètres pour la rendre encore plus performante . Cet été lorsque les tests sur mon kiteboat , sur le sien et sur un voilier mis à sa disposition furent très concluants on décida que l’aile était assez aboutie et qu’il pouvait partir sur cette base pour faire sa traversée.
Et voilà, un résumé très bref sur toutes ces années passées à trouver l’aile idéale qui m’aidera à assouvir ma passion
Je n’ai pas déposé de brevet pourquoi tout simplement parce que je n’ai pas eu les moyens de le faire et surtout je n’ai pas envie de passer mes journées dans des cabinets d’avocats pour défendre mes intérêts au cas où des personnes malveillantes auraient envie de s’accaparer mon innovation

A l’heure ou très vite on s’approprie des idées, des innovations je prends un gros risque en faisant cela c’est pourquoi j’ai depuis le début publié mes travaux je ne sais pas si ça sera efficace, l’avenir me le dira
Maintenant tout le monde est libre de la copier , d’ailleurs ça me ferait beaucoup plaisirs !!!!
FIN

Tracter un voilier avec un cerf-volant

Voilà le concept est quasiment abouti, une aile auto-zénith capable de tracter un voilier en se positionnant automatiquement en bord de fenêtre avec un minimum d’assistance humaine. Si on additionne la puissance de l’aile avec l’utilisation d’une voile là on peut envisager de plus avoir à gérer l’aile .

Des tests pas prévus

Des tests pas prévus
Après une session classique avec mon kiteboat j’ai voulu tester une aile avec des commandes simples .cette sortie n’était pas prévue donc pas d’adaptation de la barre .j’avais déjà effectué ce type de tests avec une autre aile, là ce qui m’a surpris c’est la capacité à remonter au vent de cette aile grâce à ce désigne et son placement automatique en bord de fenêtre dès que le bateau prend de la vitesse .J’ai envie de retravailler sur cette aile et l’améliorer mais aussi chercher un moyen très simple de connecter les lignes au bateau pour une utilisation solo

Première prise en main du nouveau kiteboat

Le bateau étant léger le départ au planning est plus rapide et la remontée au vent excellente, pour la vitesse il aura fallu attendre la fin de l’après –midi lorsque le vent monta pour sentir un bateau très rapide qui laisse présager de bonnes navigations. Maintenant j’ai envie de remplacer mon module par un système beaucoup plus simple en m’inspirant des travaux de mon ami Gurval http://projet-dared.com/ qui utilise une barre spécialement conçu pour la pratique du kiteboat .

Avec mon module j’ai une position très confortable et très agréable pour les empannages , maintenant celle-ci est trop « statique » et je voudrais retrouver plus de mobilité sur le bateau comme pour la navigation à la voile . Je vais donc adapter cette barre à mon bateau afin de faire du kiteboat assis mais aussi debout , une petite nouveauté pour des navigations plus « sportives »

Nouveau kiteboat

Je tourne la page, du moins pour l’instant mon joli petit trimaran est trop dangereux, j’ai sous-estimé le volume des flotteurs et pour un rien je me retourne.

Par deux fois je m’en suis sorti sans trop de casse pour le bateau et pour moi juste une petite frayeur à chaque fois. Ça ne prévient pas et ça arrive très vite .Actuellement ma priorité c’est la recherche sur un nouveau gréement et sur mes ailes .C’est déjà compliqué comme ça , si je dois en plus gérer ces retournements je vais très rapidement perdre ce plaisir qui est le principal moteur de tout ça .Donc retour sur une base très stable , mais là j’ai choisi un catamaran un peu plus pointu mon classe A que j’ai modifié pour accueillir mon module sur pivot utilisé pour travailler sur mes ailes et le support de mat pour tester mon gréement aile voile
cl
kba
kba3

Quiver Birdkite

Germain Belz a bien travaillé cet hiver en préparant son quiver d’aile pour son kiteboat, une 10m pour le vent fort, une 14m pour les conditions médiums et une 17.5 pour les vents légers .Il lui reste à les régler, faire des tests en navigation pour voir si des tailles intermédiaires seraient nécessaire pour sa traversée.
DCIM100GOPRO
DCIM100GOPRO